Matsuri à Obihiro

J’ai encore une fois eu un bon timing lors de mon dernier WWOOF puisque je suis tombée pile pendant la saison des festivals (en japonais Matsuri). En particulier deux: tanabata, la fête des étoiles, et un grand festival agricole ayant lieu en même temps qu’Obon, la fête des morts.
La rue commerçante où se trouvait le restaurant de mon hôte fut pleine de stands et d’animations pendant plusieurs jours lors de Tanabata, mais c’est pour Obon que c’est devenu du sérieux puisqu’un des plus grands feux d’artifices d’Hokkaido avait lieu pour l’occasion.

Les Beetles japonais

Les Beatles japonais dans l’arcade commerçante

Au programme, une heure et demi de spectacle devant quelques dizaines de milliers de spectateurs! L’organisation était assez énorme, avec des zones plus ou moins luxueuses puisqu’il était possible de payer un billet (dans les 4000 yen) pour assister au spectacle depuis une des zones VIP. Depuis mon carré de pelouse dans la zone de la plèbe je devinais une scène et des lance flammes, et j’ai cru comprendre qu’il y avait des danseurs lors d’un des numéros. Si je ne distinguais pas la scène clairement ni l’espèce de structure métallique sur laquelle étaient projetées des couleurs je pouvais profiter sans problème des feux d’artifice, qui se succédèrent en petits numéros de quelques minutes entrecoupés de sponsors. Le spectacle durait une heure et demi mais pas loin de la moitié du temps était en fait des annonces, du coup ça ne m’a pas paru si long. J’ai été impressionnée en tout cas, je n’avais jamais vu de tels feux d’artifices en France, on est vraiment des petits joueurs.

225 254
268

et là je pleure parce que mes photos de portable sont meilleures que celles prises au reflex à Sounkyo

J’ai eu la chance de pouvoir revêtir un yukata pour l’occasion et de me faire habiller par le personnel d’un magasin de kimono, qui ne s’est pas gêné pour serrer les cordelettes le plus possible, me laissant des marques rouges autour de la taille pour plusieurs jours. Le confort n’était pas au rendez vous pendant le spectacle donc, mais je n’en ai malgré tout pas perdu une miette.

La festival a duré plusieurs jours et chaque jour diverses performances avaient lieu dans le centre d’Obihiro, autour de l’arcade commerçante où mon hôte avait son restaurant.
Le lendemain on pouvait jeter des épis de blé portant bonheur sur un char porté par des dizaines de personnes pendant la parade nocturne.

346

Le dernier jour du festival avait lieu la parade du bon-odori, une danse folklorique pendant la fête des morts, à laquelle des centaines de personnes costumées ont pris part. Aux côtés de clubs et de petites organisations défilaient les employés de la poste, ou encore les pompiers de la ville.

La poste a gagné mon coeur:

IMG_4914

Le personnages mignons étaient bien évidemment aussi de la partie, entre Tokarin, l’adorable mascotte de Tokachi en forme de légume (est-ce une courgette ou un kabocha? bonne question), Butadonman, la mascotte d’Obihiro représentant un des plats locaux, Doraemon ou une bande de super héros alliés des pompiers (ça compte)

IMG_4849 IMG_4957 IMG_5081
Il y avait également des groupes plus classiques de danseurs en kimono, mais en alternance avec des groupes plus délirants comme un groupe « où est Charlie » , des cosplayers de personnages d’anime, un club de volley-ball ou une superbe parade de gymnastes à thème aquatique, ce qui donnait un spectacle fascinant et hétéroclite.

IMG_4819 IMG_4845 IMG_4867 IMG_5036 IMG_5054 IMG_5058 IMG_5066 IMG_5068 IMG_5121

Le festival d’Obihiro fut mon premier gros festival et j’ai adoré l’ambiance, l’été touchant à sa fin je doute de pouvoir prendre part à d’autres événements de ce genre cette année mais il y aura une prochaine fois, c’est sûr.

About the Author

Chloé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *