Balade à Nikko

Revenons trois mois dans le passé. C’est septembre, je suis à Tokyo, il fait encore chaud mais pour une fois on n’annonce pas de typhon, je suis malade comme un chien, et j’ai 40€ de Seishun 18 Kippu à utiliser avant demain qui est justement un jour de repos à l’auberge où je bosse contre hébergement dans un dortoir que j’ai en horreur. N’ayant jamais mis les pieds à Nikko, c’était, fièvre et quintes de toux mises de côté, le moment idéal pour y aller. Surtout pour les 40€ de tickets de train en fait. Je n’ai d’ailleurs pas économisé grand chose en les utilisant mais vu mon état je ne me voyais pas partir plus loin.

Je bookai donc un lit dans une petite auberge pas chère et sautai dans le train, sac plein de paracétamol sur le dos et masque chirurgical sur le nez rassurant les autres passagers qui m’entendaient tousser. On essaye de ne pas partager ses microbes, ou du moins de faire l’effort de montrer qu’on se soucie des autres.

img_5839

Nikko est très célèbre pour une zone en particulier, pleine de très beaux temples. Si j’y suis passée, ce n’est pas là que j’ai passé le plus clair de mon temps, mon état ne m’aidant pas à tolérer la proximité de la foule. Après un petit tour rapide de la zone accessible gratuitement j’ai décidé d’aller voir un autre coin de la ville, plus tranquille, le long de la rivière. Si les lieux très touristiques méritent très souvent leur succès, j’apprécie encore plus les zones plus calmes, plus agréables à visiter (l’ennemi du touriste est toujours l’autre touriste).

img_5835 img_5846 img_5848

L’objectif de mon après midi était Kanmangafuchi et ses statues Jizo fantômes. Un lieu finalement assez connu mais peu fréquenté car assez loin des autres attractions de la ville (environ 30min à pieds du sanctuaire Toshogu et 10-15 minutes de l’arrêt de bus le plus proche).

En pleine verdure, le long d’un cours d’eau parsemé de petites cascades, l’endroit est charmant et au risque de me répéter calme. Quelques touristes prennent des photos et comme souvent une fois passée l’attraction il n’y a plus personne à part ceux qui comme moi aiment bien explorer.

img_5869

un peu de mécanique dans tout ce vert.

img_5847 img_5867

C’est en passant derrière le site, sur les hauteurs, que je suis tombée sur un endroit qui finalement fut ma plus belle trouvaille de la journée, le cimetière des moines du temple Rinno. C’est pour ce genre de hasards que j’aime explorer. Le cimetière, complètement désert, abrite pierre tombales, lanternes et statues toutes recouvertes de mousse et lychen, comme si elles fusionnaient avec la nature environnante. Mes photos ne rendent honnêtement pas justice à l’ambiance mystérieuse de cet endroit.

img_5872 img_5874 img_5878 img_5881 img_5888

Cette petite marche terminée il était temps pour moi de récupérer mon sac à dos et de repartir vers Tokyo.

About the Author

Chloé

1 Comment

Hana~Rebecca

(l’ennemi du touriste est toujours l’autre touriste) : j’approuve.

Même si tu dis qu’elles ne rendent pas justice à la beauté de l’endroit, ces photos sont tout de même très belle. Tu as été courageuse de tout explorer en étant malade, mais ça en valait la chandelle, apparemment !

Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *