CHUNITHM, un jeu ALL JUSTICE

Ça n’aura pas échappé à ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux mais une semaine après mon arrivée au Japon j’ai cédé à une nouvelle addiction. C’est lors d’une habituelle balade dans une salle d’arcade à la recherche de nouveautés (et aussi pour jouer à Groove Coaster et jubeat, les coups de coeur de mes voyages précédents) que je suis tombée sur ce jeu au clavier lumineux, à l’air très cool et portant l’étrange nom CHUNITHM. On prononce ça chunizumu et c’est un mélange des mots tune et rhythm prononcés à la japonaise, et c’est en full caps parce que les japonais aiment bien ça.

chunizumu

CHUNITHM est un jeu de rythme de SEGA, développé par la même team que maimai, un autre gros succès de salles d’arcades que j’avais essayé lors de mon premier voyage en 2012.
La borne de maimai est un peu surprenante avec un écran tactile vertical circulaire entouré de gros boutons qui fait un peu penser à une machine à laver (le CM de SHARP est d’accord) mais la borne CHUNITHM a un design un peu plus classique, du moins autant que peut être classique le design d’une borne de jeu de rythme.  L’écran n’est pas tactile et la partie controller se compose d’un clavier, lisse et tactile, et de capteurs de position verticale. Parce qu’on va lever les mains des fois. Le clavier est lisse mais on y voit une sorte de grille représentant des touches. Les barres qui vont descendre à l’écran peuvent avoir la taille d’une ou plusieurs de ces touches, et peuvent être plusieurs ou pas. Pour jouer on tape, glisse ou pose les doigts sur le clavier et on lève les mains lorsque des notes aériennes pointent le bout de leur nez. C’est plus simple en vidéo donc je vous laisse consulter la vidéo officielle ci dessous :

Le fait que le clavier soit tactile et non pas avec des gros boutons qui font clac (bonjour maimai, Project Diva et Pop’n’Music) et les notes aériennes rendent le jeu extrêmement agréable à jouer, avec une impression de fluidité vraiment cool.

Au niveau de la tracklist, on s’adresse assez clairement à un public plutôt otaku. Parmi les 40~chansons de la rubrique Pop/Anime une grande majorité des titres est issue d’anime. Le jeu comprend aussi une quarantaine de musiques célèbres sur la plateforme Niconicodouga (que beaucoup qualifient de Youtube japonais) avec beaucoup de vocaloid dedans , une vingtaine d’arrangements de musiques de Touhou Project (une série de jeux de shoot à la fanbase hyperactive, si quelqu’un veut bien me pointer un article bien foutu sur le sujet que je le link merci), une douzaine de musiques issues de jeux (Jet Set Radio, Persona 4, Steins Gate, Sonic…) , une cinquantaine de boss songs originales, et une vingtaine d’autres titres venus d’horizons différents, qui après observation sont aussi présents sur d’autres jeux musicaux. Le nombre de chansons évolue en permanence avec des nouveaux titres ajoutés tous les mois donc ma liste va être vite périmée surtout que cet article est resté dans mes brouillons plus longtemps que ma carrière de joueuse. Niveau tracklist on est assez loin d’un très mainstream Taiko no Tatsujin bourré de J-pop ou de musiques de jeux rétro mais plus proche d’un Groove Coaster où tu débarques et tu connais six chansons.

Contrairement à Groove Coaster, où si tu connais comme moi six chansons t’es vite en galère car le jeu demande vraiment que tu connaisses bien le rythme de la musique, CHUNITHM est assez facile à prendre en main et lisible pour pouvoir jouer n’importe quel morceau dès le début. Ça m’a pas empêché de jouer Killer Ball pratiquement tous les jours pendant deux semaines mais ça m’a aussi permis de passer les premières boss songs sans encombre. La difficulté est assez progressive et avec une expérience modérée dans les jeux de rythme (ma situation, j’ai joué à beaucoup de jeux de rythme mais j’ai jamais été très forte) on progresse assez rapidement jusqu’à atteindre Le Mur (pour moi c’était le niveau 10).

Maintenant on va rentrer dans la partie un peu plus complexe du jeu.
Comme dans la plupart tous les jeux d’arcade musicaux actuels, on attend du joueur qu’il se vende corps et âme et compte en banque et donc qu’il achète une carte sur laquelle il va stocker ses données (en vrai pour les jeux Konami vous n’achetez pas de carte, ça marche avec votre Suica/Pasmo/ Icoca/whatever IC card vous utilisez, mais à part ça le système est le même et vu le pognon que dépense un joueur d’arcade on n’est pas à une carte à 300 yen près).

A chaque chanson jouée vous allez gagner de l’expérience en tant que joueur, de l’argent du jeu à dépenser dans des tickets,  de l’expérience pour le personnage avec lequel vous jouez, vous allez avancer sur un plateau d’un certain nombre de cases défini par votre performance, ainsi que voir votre rating évoluer, là aussi en fonction de votre performance. Oui ça fait beaucoup de trucs.

Les personnages

Chunithm Character list

Quelques uns des persos déblocables  (liste complète)

Chaque personnage jouable a des capacités qui lui sont propres et qui peuvent vous avantager d’une manière différente. Certains skills vous donneront des bonus simples, comme plus de points ou une jauge un peu plus remplie, et d’autres demanderont que des conditions particulières, comme le skill qui donne un boost de jauge tous les 100 Combo ou celui qui multiplie par deux le remplissage de cette même jauge mais qui en revanche ne vous permet pas de faire moins bien que Critical (le meilleur timing) sur chaque note, sinon c’est un miss. Certaines chansons ayant des conditions de clear assez strictes, choisir le bon personnage peut vous sauver la vie (ou du moins les nerfs quand vous découvrirez que vous n’avez plus à faire cette boss song une quinzième fois). Enfin chaque personnage a un niveau qui lui est propre et lui faire gagner de l’expérience permet de maximiser l’efficacité de son skill.

Avancer sur le plateau, débloquer du contenu

La jauge qui sert à définir le Clear/Fail a un second usage. Elle est séparée en plusieurs cases dont le nombre varie selon la chanson/le niveau, et selon le nombre de cases remplies à la fin d’un morceau vous gagnez le droit d’avancer d’autant de cases sur une sorte de plateau. Sur ce plateau, à intervalles réguliers, vous débloquez deux choses : de l’argent du jeu et des nouvelles chansons. Chacune des chansons atteintes sur le plateau doit être complétée pour pouvoir continuer à avancer, et finir la chanson en question vous permet également de débloquer le personnage qui lui est associé.

Des fois tu veux débloquer une boss song et le jeu se moque un peu de toi

Des fois tu veux débloquer une boss song et le jeu se moque un peu de toi

Des niveaux inutiles et un rating diabolique

Je disais tout à l’heure (en vrai il y a des mois vu que ce post est dans mes drafts depuis toujours) que quand on finissait une chanson on gagnait de l’expérience. Cette expérience permet de gagner des niveaux qui sont plutôt un indicateur du temps passé à jouer que de la performance. Pour le skill, il y a un autre indicateur qui s’appelle le rating. Je ne sais pas précisément comment c’est calculé mais d’expérience je constate que ça s’ajuste en fonction de la moyenne de ma performance. Avec mon rating de 11.60  en gros je fais des scores décents sur les chansons de niveau 11 et parfois sur du 12 mais c’est très rare. Autant le niveau est sans réelle importance autant le rating est le truc qu’on regarde quand on louche sur la partie du type à côté de soi pour voir s’il est bon.

(et là c’est moi qui joue)

Avalanche d’événements

Le joueur japonais joue beaucoup alors juste lui ajouter des chansons ne suffit par pour garder son attention sur la durée. Du coup il y a en permanence des événements permettant de débloquer du contenu exclusif: chansons, personnages et skills. Comme sur bon nombre jeux mobiles actuels *tousse*Puzzle&Dragons*tousse* ces événements sont toujours des collaborations avec des animes ou jeux et tirent sur la corde sensible du fandom pour pousser les gens à jouer plus et débloquer leur waifu (j’avoue avoir beaucoup trop joué pendant la colab’ Madoka). Ces événements durent en général assez longtemps pour débloquer tout le contenu en jouant souvent mais sans besoin de s’acharner comme un gros malade.

Résumé de mes wants

J’ai malheureusement pas débloqué Ultimate Madoka :'(

 

 

 

CHUNITHM étant sorti depuis maintenant un an et demi, il a pas mal évolué et on en est maintenant à la troisième version, CHUNITHM Air, une refonte beaucoup plus complète que CHUNITHM Plus, la version sortie le printemps dernier qui comme son nom semble l’indiquer ne proposait que quelques petites améliorations, notamment des demi-vitesses de défilement et un réglage du son des écouteurs plus fin. Air, quant à lui, a vraiment apporté du nouveau (un vent nouveau souffle sur le jeu oh oh oh) avec des vraies modifications au niveau des menus et un changement de monnaie du jeu ainsi qu’un reset des niveaux (je suis maintenant niveau 3 pour toujours).

Petit guide de démarrage pour les non japonisants

Les screenshots datent malheureusement de CHUNITHM PLUS et non pas de la dernière version mais ça devrait quand même vous permettre de retrouver vos petits car cette partie des menus n’a pas changé.

Menu de sélection des chansons:

chunithm choix chanson

Une fois une chanson choisie vous arrivez sur l’écran suivant:

chunithm ecran chanson

A propos du mode Multijoueurs:
Si plusieurs machines sont branchées ensemble vous pouvez joueur en multijoueur. Attention par contre dans les grosses salles les machines sont parfois regroupées en deux ou trois groupes de quatre. Il y a en général des panneaux avec des numéros ou des lettres, choisissez bien le même groupe pour pouvoir jouer ensemble!

Pour jouer à plusieurs une seule personne doit choisir la chanson à jouer et se rendre dans l’onglet multijoueur de la chanson (tout à gauche une fois la chanson sélectionnée). Les autres joueurs, eux, doivent se rendre dans l’onglet multijoueur du menu de choix des chansons, entouré en rouge sur la photo suivante et accessible via le bouton de sélection des catégories que je vous ai fléché :

multijoueur

Une fois tout ça fait normalement tout le monde a accès aux options de la chanson et peut jouer ensemble, dans la limite de quatre joueurs.

 

Si j’ai bien moins joué à ce jeu pendant mes derniers mois au Japon qu’à mon arrivée je continue à le conseiller, il est extrêmement agréable à jouer et simple à prendre en main. N’oubliez pas de levez les bras sur les flèches vertes !

alljustice

About the Author

Chloé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *